LABOMATIQUE,  Affirmer son regard sur le monde.

S’appuyant sur les outils audiovisuels, LABOmatique propose depuis 2007 l’encadrement d’ateliers multiformes (vidéo, radio, théâtre), sociaux ou éducatifs, en direction de publics de tout âge, pouvant être en situation de fragilités, psychologiques ou sociales.
L’association organise par ailleurs des soirées thématiques, projection de films (reflets d’un cinéma social et engagé) et débats. Elle aspire par là à faire évoluer le regard porté sur toutes les formes de différences.

 

LE PROJET ASSOCIATIF (télécharger le projet en cliquant ici)

La singularité de l’association LABOmatique vient de la diversité de ses pratiques: audiovisuel photo radio théâtre Les ateliers proposés sont encadrés par des artistes et techniciens compétents dans leur domaine spécifique, et animés d’une envie de transmettre leur savoir-faire et leur passion. Ces disciplines peuvent faire l’objet d’ateliers autonomes ou se conjuguer. Ainsi, il est possible de travailler chaque technique parallèlement dans deux ateliers distincts ou de mêler plusieurs pratiques artistiques au sein d’un même atelier.
La multiplication de l’offre télévisuelle et de ses supports a considérablement modifié notre rapport aux images. Celles-ci sont présentes partout et leur affluence s’impose à notre regard.
Notre volonté à travers la mise en place d’ateliers de pratique audiovisuelle est de permettre aux participants d’éclairer leur regard, de comprendre que l’image et le son sont des constructions, de réfléchir sur l’objectivité d’une information, de développer un point de vue personnel et un sens critique. Le fait de créer des images et des sons aide à mieux comprendre leur utilisation dans les médias qui nous entourent. Affiches et spots publicitaires, journaux télévisés, sites Internet, jeux vidéo… possèdent autant de messages qui nous sont adressés dont on ne décrypte pas toujours le langage.
Dans un parcours où l’apprentissage et la maîtrise des techniques sont fondamentales, il nous paraît essentiel de découvrir tout d’abord des œuvres existantes: documentaires films d’art essai courts-métrages de fiction films d’animation documentaires radio lecture de pièces de théâtre classique ou contemporain … Ces approches permettent de dégager et d’analyser les thématiques ainsi que les moyens mis en œuvre pour les exprimer. Au sein du groupe, on détermine alors collectivement une forme particulière d’expression, développée ensuite au sein de l’atelier : choix d’un sujet, ou d’un texte préexistant détermination des moyens techniques et narratifs qui seront utiles afin de faire passer un message ou de raconter une histoire définition d’un genre, d’une durée, d’un support L’apprentissage des techniques spécifiques, à priori complexes, mais relativement simples quand elles sont abordées de manière ludique, se fait progressivement dans chacun des domaines couverts selon l’atelier : écriture prise de vue prise de son montage technique d’interview expression verbale improvisation jeu de rôles … La création se fait étape par étape, chaque séance dépendant de la précédente, mais conçue également de façon autonome ; les rôles sont amenés à tourner, permettant à chacun de s’essayer aux différents postes.
Encourageant la diversité d’origines des personnes participantes, l’atelier favorise l’écoute, la prise en compte des différences et incite chaque personne à reconnaître la parole et la culture de l’autre dans un espace de prises de décisions collectives. Les ateliers s’adressent aussi à des publics fragilisés dans leur existence. Ils ont pour objectifs de valoriser les personnes par l’implication dans un projet, qu’il soit mené sur quelques jours successifs ou lors de rencontres régulières sur une durée plus longue. Le projet débouche toujours sur la création d’un produit fini présenté en public. Durant ces temps de créations collectives nous favorisons l’expression individuelle faisant appel à l’imaginaire (écriture d’un scénario), développons l’aisance orale (émission radio, théâtre) ou encore l’expressivité par le corps (jeu de rôle, improvisation). Par ailleurs, les ateliers ne sont pas figés, et se construisent au fur et à mesure ; l’intervenant adaptant ses interventions en fonction des désirs individuels et des décisions prises par le groupe. L’interdépendance des différents rôles dans la création, qu’elle soit théâtrale ou audiovisuelle (image et son, metteur en scène et acteurs, journalistes et techniciens, costumes et décors, etc.) aide et encourage chacun à trouver sa place au sein du groupe.
La prise en compte des futurs spectateurs pendant la création est également un élément important dans le déroulement des ateliers. Elle guide les participants dans l’élaboration de leur projet, par le choix des thématiques à aborder et du message qu’ils désirent véhiculer. Elle leur fait aussi prendre conscience de leur propre place en tant qu’auteurs, devant être à même de pouvoir justifier de leurs choix lors d’une éventuelle confrontation avec le public.
Outre le travail en atelier, et à l’heure de la standardisation institutionnalisée en matière d’images et de programmes, il nous semble important de proposer par ailleurs de nouveaux espaces de diffusion, de réflexion et d’échanges autour d’œuvres cinématographiques. Nous organisons donc des rendez-vous autour de projections thématiques permettant d’investir le champ de la création documentaire dans ce qu’il a de plus large et de questionner une problématique sociale contemporaine en s’ouvrant aux regards singuliers de réalisateurs.
Entre le travail social, la pratique éducative, l’action culturelle ou artistique et les activités de création, il y a un perpétuel échange qui alimente chacune de nos pratiques, fait leur richesse et leur singularité. Nous abordons l’audio-visuel comme un outil au service de la personne ou de la collectivité : un instrument de partage, d’éducation, d’intégration, de reconnaissance sociale, de citoyenneté et d’ouverture culturelle…